Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente une maison entourée d'ombres et de dentelles (celles de l'art dans la pensée ?).

XVII. À M. Froment Meurice

À M. Froment Meurice – Les références

Les contemplationsLivre premier : Aurore ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor HugoPoésie II, p 283.

À M. Froment Meurice – L’enregistrement

Je vous invite à écouter À M. Froment Meurice, un poème des Contemplations, Aurore, de Victor Hugo.
Il est précédé de XVI. Vers 1820 et suivi de XVIII. Les oiseaux.

À M. Froment Meurice


À M. Froment Meurice – Le texte

XVII
À M. Froment Meurice


Nous sommes frères : la fleur
Par deux arts peut être faite.
Le poëte est ciseleur,
Le ciseleur est poëte.

Poëtes ou ciseleurs,
Par nous l’esprit se révèle.
Nous rendons les bons meilleurs,
Tu rends la beauté plus belle.

Sur son bras ou sur son cou,
Tu fais de tes rêveries,
Statuaire du bijou,
Des palais de pierreries !

Ne dis pas : « Mon art n’est rien… »
Sors de la route tracée,
Ouvrier magicien,
Et mêle à l’or la pensée !

Tous les penseurs, sans chercher
Qui finit ou qui commence,
Sculptent le même rocher.
Ce rocher, c’est l’art immense.

Michel-Ange, grand vieillard,
En larges blocs qu’il nous jette,
Le fait jaillir au hasard ;
Benvenuto nous l’émiette.

Et, devant l’art infini,
Dont jamais la loi ne change,
La miette de Cellini
Vaut le bloc de Michel-Ange.

Tout est grand. Sombre ou vermeil,
Tout feu qui brille est une âme.
L’étoile vaut le soleil ;
L’étincelle vaut la flamme.

Paris, octobre 1841.

Remarques

François-Désiré Froment-Meurice, demi-frère de Paul Meurice, était un orfèvre très réputé. Ce poème fut écrit à sa mémoire.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *