Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente les trous des yeux et du nez d'un crâne humain dont les dents servent de support.

XXVII. Après une lecture de Dante

Après une lecture de Dante – Les références

Les Voix intérieures ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie I, p 887.

Après une lecture de Dante – L’enregistrement

Je vous invite à écouter Après une lecture de Dante, un poème du recueil Les Voix intérieures, de Victor Hugo.
Il est précédé de Jeune fille, l’amour….

Après une lecture de Dante


Après une lecture de Dante – Le texte

Après une lecture de Dante
XXVII


Quand le poète peint l’enfer, il peint sa vie :
Sa vie, ombre qui fuit de spectres poursuivie ;
Forêt mystérieuse où ses pas effrayés
S’égarent à tâtons hors des chemins frayés ;
Noir voyage obstrué de rencontres difformes ;
Spirale aux bords douteux, aux profondeurs énormes,
Dont les cercles hideux vont toujours plus avant
Dans une ombre où se meut l’enfer vague et vivant !
Cette rampe se perd dans la brume indécise ;
Au bas de chaque marche une plainte est assise,
Et l’on y voit passer avec un faible bruit
Des grincements de dents blancs dans la sombre nuit.
Là sont les visions, les rêves, les chimères ;
Les yeux que la douleur change en sources amères,
L’amour, couple enlacé, triste et toujours brûlant,
Qui dans un tourbillon passe une plaie au flanc ;
Dans un coin la vengeance et la faim, sœurs impies,
Sur un crâne rongé côte à côte accroupies ;
Puis la pâle misère au sourire appauvri ;
L’ambition, l’orgueil de soi-même nourri,
Et la luxure immonde et l’avarice infâme,
Tous les manteaux de plomb dont peut se charger l’âme !
Plus loin la lâcheté, la peur, la trahison
Offrant des clefs à vendre et goûtant du poison ;
Et puis, plus bas encore, et tout au fond du gouffre,
Le masque grimaçant de la Haine qui souffre !
Oui, c’est bien là la vie, ô poète inspiré,
Et son chemin brumeux d’obstacles encombré.
Mais, pour que rien n’y manque, en cette route étroite,
Vous nous montrez toujours debout à votre droite
Le génie au front calme, aux yeux pleins de rayons,
Le Virgile serein qui dit : Continuons !

Août 1836.

2 réponses
  1. Claude Fernandez
    Claude Fernandez dit :

    Bonjour,
    Merci pour ce poème de Victor Hugo, il fut mon mentor poétique pour la création de mon recueil de poèmes épiques « La Saga de l’Univers. (30.000 vers) si vous voulez les utiliser pour déclamer, vous le pouvez, ils sont libres de droits (comme ceux de Victor Hugo). Prononciation en cinédiérèse, toutes les liaisons possibles doivent être appliquées. il y a très rarement des hiatus et aussi rarement des cacophonies.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *