Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente une main levée qui "perce la triste brume".

XX. À un poëte aveugle

À un poëte aveugle – Les références

Les contemplationsLivre premier : Aurore ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor HugoPoésie II, p 286.

À un poëte aveugle – L’enregistrement

Je vous invite à écouter À un poëte aveugle, un poème des Contemplations, de Victor Hugo, du premier livre : Aurore.
Il est précédé de XIX. Vieille Chanson du jeune temps et suivi de XXI. Elle était déchaussée….

À un poëte aveugle


À un poëte aveugle – Le texte

XX
À un poëte aveugle


Merci, poëte ! — Au seuil de mes lares pieux,
Comme un hôte divin, tu viens et te dévoiles ;
Et l’auréole d’or de tes vers radieux
Brille autour de mon nom comme un cercle d’étoiles.

Chante ! Milton chantait ; chante ! Homère a chanté.
Le poëte des sens perce la triste brume ;
L’aveugle voit dans l’ombre un monde de clarté.
Quand l’œil du corps s’éteint, l’œil de l’esprit s’allume.

Paris, mai 1842.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *