Détail d'un dessin de Victor Hugo qui représente un pont joignant deux rives "entre deux escarpements sombres".

Partout l’ombre, partout le désert froid et mort…

Partout l’ombre, partout le désert froid et mort… – Les références

Océan ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie IV, p 958.

Partout l’ombre, partout le désert froid et mort… – L’enregistrement

Je vous invite à écouter Partout l’ombre, partout le désert froid et mort…, un poème du recueil Océan, œuvre posthume de Victor Hugo.

Partout l’ombre, partout le désert froid et mort…


Partout l’ombre, partout le désert froid et mort… – Le texte


Partout l’ombre, partout le désert froid et mort ;
Les monts semblaient de grands décombres ;
Un ancien pont allait de l’un à l’autre bord
Entre deux escarpements sombres ;

J’y passai ; le couchant d’un lointain reflet d’or
Éclairait les arches massives ;
Comme ce pont croulant, mais qu’on traverse encor,
Le souvenir rejoint deux rives.

11 nov. 1850 [Surcharge 1840 ?].

4 réponses
  1. Taibaoui saad
    Taibaoui saad dit :

    Le monde littéraire n’aurait à jamais l’auteur de la légendes des siècles, les contemplations, les Misérables,…et celui qui a dit:
    Tout homme ici-bas porte en sa main une chose
    Où , du bien et du mal, de l’effet , de la cause,
    Du genre humain, De Dieu, du gouffre, il sent le poids,
    Le juge au front morose a son livre des lois,
    Le roi son sceptre d’or, le fossoyeur sa pelle.

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Répondre à Pierre-François Kettler Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *