Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente deux peupliers qui se dressent près de la forêt rouillée par le soleil et la pluie, et incitent à la rêverie.

XXXVI. Rêverie

Rêverie – Les références

Les Orientales ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie I, p 527.

Rêverie – L’enregistrement

Je vous invite à écouter Rêverie, un poème du recueil Les Orientales, de Victor Hugo.

Rêverie


Rêverie – Le texte

Rêverie

Lo giorno se n’andava, e l’aer bruno
Toglieva gli animai che sono ‘n terra
Dalle fatche loro.

DANTE.

XXXVI

Oh ! laissez-moi ! c’est l’heure où l’horizon qui fume
Cache un front inégal sous un cercle de brume,
L’heure où l’astre géant rougit et disparaît.
Le grand bois jaunissant dore seul la colline :
On dirait qu’en ces jours où l’automne décline,
Le soleil et la pluie ont rouillé la forêt.

Oh ! qui fera surgir soudain, qui fera naître,
Là-bas, — tandis que seul je rêve à la fenêtre
Et que l’ombre s’amasse au fond du corridor, —
Quelque ville mauresque, éclatante, inouïe,
Qui, comme la fusée en gerbe épanouie,
Déchire ce brouillard avec ses flèches d’or !

Qu’elle vienne inspirer, ranimer, ô génies,
Mes chansons, comme un ciel d’automne rembrunies,
Et jeter dans mes yeux son magique reflet,
Et long-temps, s’éteignant en rumeurs étouffées,
Avec les mille tours de ses palais de fées,
Brumeuse, denteler l’horizon violet !

Septembre 1828.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *