Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente le dos nu, de la tête aux fesses, d'une femme qui s'offre, pas vraiment "chaste comme l'orient".

XII. J’étais le songeur qui pense…

J’étais le songeur qui pense… – Les références

Toute la lyreSixième partie : [L’Amour] ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie IV, p 393.

J’étais le songeur qui pense… – L’enregistrement

Je vous invite à écouter J’étais le songeur qui pense…, poème de la Sixième partie : [L’Amour], du recueil Toute la lyre, de Victor Hugo.
Il est précédé de XI Oh ! la femme et l’amour ! inventions maudites ! et suivi par XII. L’amour vient en lisant.

J’étais le songeur qui pense…


J’étais le songeur qui pense… – Le texte

XII

J’étais le songeur qui pense,
Elle était l’oiseau qui fuit ;
Je l’adorais en silence,
Elle m’aimait à grand bruit.

Quand dans quelque haute sphère
Je croyais planer, vainqueur,
Je l’entendais en bas faire
Du vacarme dans mon cœur.

Mais je reprenais mon songe
Et je l’adorais toujours,
Crédule au divin mensonge
Des roses et des amours.

Les profondeurs constellées,
L’aube, la lune qui naît,
Amour, me semblaient mêlées
Aux rubans de son bonnet.

Dieu pour moi, sont-ce des fables ?
Avait mis dans sa beauté
Tous les frissons ineffables
De l’abîme volupté.

Je rêvais un ciel étrange
Pour notre éternel hymen.
— Qu’êtes-vous ? criais-je ; un ange ?
Moi! disait-elle, un gamin.

Je sentais, âme saisie
Dans les cieux par un pinson,
S’effeuiller ma poésie
Que becquetait sa chanson.

Elle me disait: — Écoute,
C’est mal, tu me dis vous ! fi ! —
Et la main se donnait toute
Quand le gant m’aurait suffi.

Me casser pour elle un membre,
C’était mon désir parfois.
Un jour je vins dans sa chambre,
Nous devions aller au bois,

Je comptais la voir bien mise,
Chaste comme l’orient ;
Elle m’ouvrit en chemise,
Moi tout rouge, elle riant.

Je ne savais que lui dire,
Et je fus contraint d’oser ;
Je ne voulais qu’un sourire,
Il fallut prendre un baiser.

Et ma passion discrète
S’évanouit sans retour ;
C’est ainsi que l’amourette
Mit à la porte l’amour.

12 avril 1855.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *