Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente les jambes et les bottines d'une femme enveloppée dans un tissu coloré.

VII. À la belle impérieuse

À la belle impérieuse – Les références

Les Chansons des rues et des boisLivre premier : JeunesseVI. L’Éternel Petit Roman ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie II, p 945.

À la belle impérieuse – L’enregistrement

Je vous invite à écouter À la belle impérieuse, poème du recueil Les Chansons des rues et des bois, du Livre premier : Jeunesse, VI. L’Éternel Petit Roman, de Victor Hugo.
Il est précédé du poème VI. C’est parce qu’elle se taisait et suivi du poème VIII. Sommation irrespectueuse.

À la belle impérieuse


À la belle impérieuse – Le texte

VII
À la belle impérieuse


L’amour, panique
De la raison,
Se communique
Par le frisson.

Laissez-moi dire,
N’accordez rien.
Si je soupire,
Chantez, c’est bien.

Si je demeure,
Triste, à vos pieds,
Et si je pleure,
C’est bien, riez.

Un homme semble
Souvent trompeur.
Mais si je tremble,
Belle, ayez peur.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *