Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente une "tête coupée" qui flotte en haut à gauche, telle une lune dans le ciel, tandis qu'apparait en bas à droite le haut de la guillotine, une fois le fer tombé.

V. C’était en juin, j’étais…

C’était en juin, j’étais… – Les références

ChâtimentsLivre VII – Les Sauveurs se sauveront ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie II, p 179.

C’était en juin, j’étais… – Enregistrement

Je vous invite à écouter le poème C’était en juin, j’étais…, du Livre VII – Les Sauveurs se sauveront, du recueil Châtiments, de Victor Hugo.

C’était en juin, j’étais…


C’était en juin, j’étais… – Le texte

V


C’était en juin, j’étais à Bruxelle ; on me dit :
Savez-vous ce que fait maintenant ce bandit ?
Et l’on me raconta le meurtre juridique,
Charlet assassiné sur la place publique,
Cirasse, Cuisinier, tous ces infortunés
Que cet homme au supplice a lui-même traînés
Et qu’il a de ses mains liés sur la bascule.
Ô Sauveur, ô héros, vainqueur de crépuscule, César !
Dieu fait sortir de terre les moissons,
La vigne, l’eau courante abreuvant les buissons,
Les fruits vermeils, la rose où l’abeille butine,
Les chênes, les lauriers, et toi, la guillotine.

Prince qu’aucun de ceux qui lui donnent leurs voix
Ne voudrait rencontrer le soir au coin d’un bois !

J’avais le front brûlant ; je sortis par la ville.
Tout m’y parut plein d’ombre et de guerre civile ;
Les passants me semblaient des spectres effarés ;
Je m’enfuis dans les champs paisibles et dorés ;
Ô contre-coups du crime au fond de l’âme humaine !
La nature ne put me calmer. L’air, la plaine,
Les fleurs, tout m’irritait ; je frémissais devant
Ce monde où je sentais ce scélérat vivant.
Sans pouvoir m’apaiser, je fis plus d’une lieue.
Le soir triste monta sous la coupole bleue ;
Linceul frissonnant, l’ombre autour de moi s’accrut ;
Tout à coup la nuit vint, et la lune apparut
Sanglante, et dans les cieux, de deuil enveloppée,
Je regardai rouler cette tête coupée.

Jersey, mai 1853.

Remarques

Charlet, cité ici, fut guillotiné le 29 juin 1852 pour des raisons politiques. Il semble que Cirasse et Cuisinier aient été guillotinés, eux, pour des faits de droit commun.
Hugo est opposé à la peine de mort de façon absolue et la combattra toute sa vie. Il a écrit Le Dernier Jour d’un condamné quand il avait 26 ans. Il ne cessera, sa vie durant, de combattre cette pratique barbare.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *