Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente un archange, attristé, un passant des cieux.

XI. Oh ! par nos vils plaisirs…

Oh ! par nos vils plaisirs… – Les références

Les contemplationsLivre sixième : Au bord de l’infini ;
Collection Bouquins, Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor HugoPoésie II, p 499.

Oh ! par nos vils plaisirs… – L’enregistrement

Je vous invite à écouter Oh ! par nos vils plaisirs…, un poème du Livre sixième – Au bord de l’infini, des Contemplations, de Victor Hugo.

Oh ! par nos vils plaisirs…


Oh ! par nos vils plaisirs… – Le texte

XI


Oh ! par nos vils plaisirs, nos appétits, nos fanges,
Que de fois nous devons vous attrister, archanges !
C’est vraiment une chose amère de songer
Qu’en ce monde où l’esprit n’est qu’un morne étranger,
Où la volupté rit, jeune, et si décrépite !
Où dans les lits profonds l’aile d’en bas palpite,
Quand, pâmé, dans un nimbe ou bien dans un éclair,
On tend sa bouche ardente aux coupes de la chair,
À l’heure où l’on s’enivre aux lèvres d’une femme
De ce qu’on croit l’amour, de ce qu’on prend pour l’âme,
Sang du cœur, vin des sens âcre et délicieux,
On fait rougir là-haut quelque passant des cieux !

Juin 1855.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *