Ce détail d'un dessin de Victor Hugo représente un tournant de route, qui contourne un arbre ; sur la gauche, on aperçoit la silhouette d'un château.

V. Quia pulvis es

Quia pulvis es – Les références

Les ContemplationsLivre troisième : Les Luttes et les rêves ;
Collection Bouquins chez Robert Laffont, Œuvres complètes de Victor Hugo, Poésie II, p 340.

Quia pulvis es – L’enregistrement

Je vous invite à écouter Quia pulvis es, un poème du recueil Les Contemplations, Les Luttes et les rêves, de Victor Hugo.
Il est précédé de IV. Écrit au bas d’un crucifix et suivi de VI. La Source.

Quia pulvis es


Quia pulvis es – Le texte

V
Quia pulvis es


Ceux-ci partent, ceux-là demeurent.
Sous le sombre aquilon, dont les mille voix pleurent,
Poussière et genre humain, tout s’envole à la fois.
Hélas ! le même vent souffle, en l’ombre où nous sommes,
Sur toutes les têtes des hommes,
Sur toutes les feuilles des bois.

Ceux qui restent à ceux qui passent
Disent : — Infortunés ! déjà vos fronts s’effacent.
Quoi ! vous n’entendrez plus la parole et le bruit !
Quoi ! vous ne verrez plus ni le ciel ni les arbres !
Vous allez dormir sous les marbres !
Vous allez tomber dans la nuit ! —

Ceux qui passent à ceux qui restent
Disent : — Vous n’avez rien à vous ! vos pleurs l’attestent !
Pour vous, gloire et bonheur sont des mots décevants.
Dieu donne aux morts les biens réels, les vrais royaumes.
Vivants ! vous êtes des fantômes ;
C’est nous qui sommes les vivants ! —

Février 1843.

Quia pulvis es – Une traduction

Memento, homo, quia pulvis es et in pulverem reverteris ; Souviens-toi, homme, que tu es poussière et que tu retourneras en poussière.(Genèse, III, 19).

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *